Sélectionner une page

Le champagne reste et demeure le vin le plus sollicité pour les grandes célébrations et les fêtes. Il se particularise non seulement par son élégance, sa capacité à s’adapter aux circonstances, mais aussi et surtout par ses saveurs uniques. Cependant, bon nombre d’amateurs de vin ignorent tout du processus d’élaboration de ce liquide précieux. C’est pourquoi, dans cet article, nous abordons le sujet. Comment se présentent alors les étapes de fabrication du champagne ?

La fabrication du champagne nécessite les cépages dont le chardonnay, Pinot Noir ou Pinot Meunier. Ensuite viennent s’échelonnent les étapes de la vendange, de la vinification, de la fermentation, de la mise en bouteilles, de la maturation, du remuage, du dosage et du bouchage. Le respect de chaque étape est primordial pour avoir du bon vin.

Vous désirez connaître les détails de chaque étape ? Savoir en quoi elles consistent dans le processus de fabrication du champagne ? Cet article est pour vous. Lisez plutôt ! 

Le choix de cépages et la vendange

L’obtention du vin de champagne dépend en majeure partie du soin qu’on y met au cours de la vinification. Toutefois, le choix des éléments de préparation est un critère basique indispensable à ne jamais négliger. La première étape de la fabrication du vin est donc logiquement le choix des cépages. 

Selon l’histoire, le vin de champagne tire ses origines dans une ancienne province de la France. Dans ce lieu, se trouvaient toutes les recettes de la production du vin. En effet, dans la culture de la vigne, on rencontre plusieurs variétés dont les cépages. Ils produisent par exemple le pinot noir, le meunier et le chardonnay. Ce sont en réalité ces trois cépages qui interviennent dans la fabrication du champagne.

Après le choix des cépages vient l’étape de la vendange. Cette partie nécessite de la part du fabricant une attention particulière. En premier lieu, elle consiste à mettre ensemble les grappes de raisins obtenues lors de la récolte. Celle-ci se fait manuellement, c’est-à-dire à la main. Malgré l’apport technologique qui instaure l’utilisation de machines spécifiques, notamment, les tracteurs, les fabricants préconisent la méthode artisanale.

Par ailleurs, toutes les grappes cueillies ne sont pas toujours utilisables, car il peut y avoir des pourries. L’étape qui suit la récolte est alors celle du classement des raisins. Celui-ci se fait de manière à obtenir seulement les meilleurs fruits, du moins, des fruits bien mûrs. Ce sont eux qui, en réalité, sont utilisés pour l’obtention du vin de champagne. C’est pour cela que les périodes conseillées pour la vendange sont les mois d’août et d’octobre. 

Lors de la cueillette des raisins, deux couleurs de fruits sont priorisées : le rouge et le blanc.  Après le classement, le reste des fruits non utiles pour la fabrication du vin peut être utilisé à d’autres fins ou peut-être jeté. 

Le pressurage (la vinification)

Il est important de savoir que le raisin est l’unique fruit qui entre dans la composition du champagne. Après l’avoir vendangé, c’est-à-dire, après avoir recueilli les raisins mûrs, il faut par la suite passer au pressurage. Cette étape consiste à presser les fruits afin d’en obtenir un jus. 

Au-delà de la simple action de presser, le pressurage est une étape très délicate qui nécessite une expertise donnée car le jus doit être très brillant avec une forte coloration. En effet, la coloration du champagne s’obtient lors du pressurage. D’habitude, les deux colorations de ce vin sont le rouge et le blanc. On parle alors du vin blanc ou du vin rouge. 

La préparation du vin blanc se fait obligatoirement avec les raisins blancs. Ici, le pressurage rime avec patience et délicatesse. En réalité, les raisins sont pressés tout doucement afin d’éviter que la graine des fruits soit mise en cendres. C’est la meilleure astuce pour éloigner son vin du goût amer causé par les pépins. Il faut également le faire de façon rapide pour qu’aucune autre couleur n’entache la blanche.

Si les raisins blancs sont l’essence du vin blanc, les rouges le sont pour le vin rouge. La peau de ces fruits constitue l’élément qui favorise et produit cette coloration. La particularité de la vinification des raisins rouges réside dans le fait qu’ils passent au foulage. C’est une technique qui consiste à presser à plusieurs reprises les fruits pour en ressortir non seulement le jus, mais aussi pour libérer la pulpe. Elle est en fait serviable pour la fermentation du vin.

La fermentation, la mise en bouteille, la maturation etc. 

A la suite du pressurage qui a permis d’avoir les jus de raisin, l’étape suivante est la fermentation. Elle est responsable des arômes du vin de champagne finalement obtenu. Il s’agit de mettre le jus en cuve.

En effet, la fermentation se fait en deux phases. On parle de première et de deuxième fermentation. La première a pour but de donner un soupçon d’alcool au jus de raisin. Le vin devient donc acide, fermenté suite au changement du sucre en alcool. Elle couvre une période de 10 à 15 jours. La fermentation du vin blanc se fait à une température inférieure (18 ou 20 degrés) à celle que nécessite le vin rouge (28 ou 32 degrés). 

Au cours de la deuxième fermentation, s’ajoutent quelques nutriments et du sucre. Cet ajout donne maintenant la possibilité d’embouteiller le vin. Les bouteilles en verre sont recommandées pour au niveau de cette étape. L’objectif de la deuxième fermentation est la production complète de l’alcool et du dioxyde de carbone. Le vin se veut mature d’où le processus de maturation qu’il subit pendant au moins 5 ans.

Les dernières étapes qui précèdent la commercialisation du vin de champagne sont :

  • le remuage ;
  • le dégorgement ; 
  • le dosage ;
  • le bouchage. 

Mais quel champagne se procurer ? Il existe des gammes de vin de champagne. En fonction de la teneur en sucre et de la saveur, nous vous proposons le vin brut ou le demi sec. A quel moment en consommer donc ? Le champagne brut peut être savouré avant le repas comme un apéritif tandis que le demi sec peut accompagner tout un repas.